KOBA LA TERREUR
EAN13
9782356310224
ISBN
978-2-35631-022-4
Éditeur
Œuvre
Date de publication
Collection
LITTERAIRE
Nombre de pages
304
Dimensions
14 x 2 cm
Poids
480 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Koba La Terreur

De

Traduit par

Œuvre

Litteraire

Indisponible
D’une écriture inventive aux fulgurances multiples, Koba la terreur est sans doute le livre le plus personnel de Martin Amis. L’auteur part du personnage de Staline, mais fait de fréquentes incursions dans l’histoire de sa propre famille, dans sa vie d’étudiant, de jeune intellectuel, d’écrivain à succès. La figure tutélaire de Kingsley Amis, ce père démiurge et pape des lettres britanniques, est, elle aussi, présente tout au long du récit.

Mais l’évocation du « petit père des peuples » n’est pas le prétexte à une introspection narcissique. Ce livre lui est réellement consacré. L’horreur est là, présente. Martin Amis, et c’est la marque de son génie, rend lisible l’insupportable. Il se penche même sur le rire, sur la capacité des hommes à plaisanter sur l’anéantissement de l’humain. Pourtant, comme l’a écrit un critique du Financial Times, on sort « content » de la lecture de ce livre dérangeant, content de l’avoir lu.

Staline a écrit que la mort d’un homme était une tragédie, mais que celle d’un million n’était que « statistique ». Amis dément cet aphorisme affreux, sans jamais sombrer dans la démonstration. Sa maîtrise de l’écriture et son originalité sont telles qu’on se sent interpellés à chaque page de ce voyage au pays de la terreur. Le dilemme moral posé par Amis est non seulement salutaire, il est nécessaire.

En grand romancier, Martin Amis parvient à maintenir la tension en passant sans cesse de la biographie de Staline à sa vie de prince des lettres et aux complaisances de la classe intellectuelle à l’égard du communisme. Ces va-et-vient entre le général et le particulier, entre l’historique et l’intime, entre le théorique et le concret font de ce livre un objet littéraire moderne et hors norme.
S'identifier pour envoyer des commentaires.